Plongée à Risque dans les Iles Komodo en Indonésie (Suite et Fin!)

Vous aimez cet article? Notez le!
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
(8 votes, 3,88/5)
Loading...


Partagez vos coups de cœur, vos coups de gueule, vos expériences et récits de plongée directement en ligne ici!

Cet article écrit par mon ami Amre Ghiba fait suite à la première partie: Plongée à Risque dans les Iles Komodo en Indonésie (Partie 1).

Bonjour, amis et amies plongeurs ! Je suis de retour sur le Blog Plongée pour narrer la suite de mon aventure sur Komodo, péripétie qui a fait la une des journaux internationaux et m’a donné mon « quart d’heure de célébrité »…

Piqure de rappel : en 2008, je plonge à Komodo, terre des fameux « dragons », avec le centre de plongée Reefseekers. Tout se passe pour le mieux, jusqu’à ce que lors d’une plongée, la première palanquée, composé de 6 personnes, ne remonte pas sur le bateau. Le divemaster de notre groupe, Ernest, nous rassure rapidement : ils vont remonter !

Mais les minutes s’égrainent. Toujours pas de groupe en vue. Notre bateau tangue. Il est impossible de le maintenir sur place ; nous faisons le tour de l’ile, dans l’espoir de les retrouver, accrochés à quelque rocher. Rien. Les visages se durcissent. Les membres de l’équipage, tous locaux, commencent à pleurer. Ils connaissent mieux que quiconque les dangers des courants transperçant Komodo. Parmi les plongeurs, personne ne parle. Nous fixons tous l’un des plongeurs, Suédois. A son regard, habituellement si chaleureux, s’est substitué un vide. Sa mâchoire est d’acier. Nous savons que sa femme est dans le groupe des absents. Le réconforter ? Inutile d’essayer, tout joue en leur défaveur. Nos espoirs de les retrouver fond avec le Soleil, qui poursuit inexorablement sa descente vers l’horizon. Et lorsqu’enfin il disparait, lorsque l’ombre monte sur l’Ile de Komodo, c’est alors que l’espoir est enterré et que les masques tombent, laissant place à la panique palpable.

ile-komodo-plongeeCredit Photo: http://www.flickr.com/photos/leafbug/3682965944/

Ernest est le premier à agir. Il envoie le bateau à la poursuite du courant principal. S’ils ont dérivé, on devrait pouvoir les retrouver. Mais hélas, la recherche est vaine. Il fait maintenant trop sombre pour espérer les voir à l’œil nu. L’un de nous propose d’utiliser des flashs d’appareils photo – et, qui sait, peut-être qu’ils utiliseront les leurs ? Durant une heure, le bateau navigue au hasard. Nous sommes tous alertes mais également épuisés. Ernest finit par capituler. Il comprend qu’en l’état, nous ne les retrouverons pas. Nous rebroussons chemin vers Labuan Bajo.

C’est une nuit noire, sans étoile ni lune. Comment survivre dans ces conditions ? Je me souviens avoir pensé au sort réservé aux naufragés. Les requins en ont font leur festin, et Komodo pullule d’espèces en tout genre. Mais je ne veux pas croire en ce destin. A notre arrivée, nous sommes accueillis par les habitants de l’ile, auparavant prévenus par Ernest via radio. Malgré l’heure tardive, un plan d’action s’organise rapidement. Tout le monde participe : des bateaux équipés de torches prennent le large, le pétrole afflue. Solidarité gratuite ? Sans aucun doute, mais, il ne faut pas le nier, la survie économique de l’ile en dépend. Des morts, ce n’est pas bon pour le business.

La soirée se termine autour d’un repas, à ressasser entre plongeurs cette question lancinante : mais que s’est-il passé ? Personne ne sait mais chacun a son hypothèse. Pour ma part, je pense avoir entendu des bruits de métal tapés à répétition contre une bouteille. Étais-ce un signal de détresse, je n’en ai aucune idée. Je pars m’endormir sans prévenir mes proches de la situation.

Le lendemain matin, l’ile est en effervescence. Toutes les plongées sont annulées. Tout bateau est mis à contribution, qu’il soit de club de plongée, de pêcheur ou d’autres. Je prends rapidement le large pour apporter mon aide. Mais elle n’est que visuelle. Sans jumelles, il est difficile d’apercevoir quoi que ce soit. Ce petit tour me décourage, et je préfère rester l’après-midi au village pour essayer de réconforter le Suédois, resté à quai. Il m’apprend, effondré, que sa femme est diabétique. Son état nécessite des piqures fréquentes d’insuline, chose dont elle ne dispose forcément pas ! Pour elle, quelque soit l’état dans lequel elle se trouve, le temps est compté.

De cette journée (et de la suivante), je ne garde que peu de souvenirs. Je reste à attendre des nouvelles. On m’informe que l’armée va se déployer dès le lendemain. Qu’un véritable chaman a prédit qu’on les retrouverait vivants au sud de l’archipel (prédiction faite au marc de café). Qu’Ernest paie en fait toutes les recherches, et qu’il est exsangue. Que des journalistes du monde entier ont débarqué ici ; tiens, voilà la BBC qui me cherche et qui veut m’interroger, moi qui était parmi les plongeurs… je donne poliment ma version des faits (guère glorieuse pour Ernest, capitaine et donc responsable. Coup de colère ou lucidité ? Je ne sais dire). D’autres correspondants me repèrent, moi et d’autres. Nous préférons les éviter et continuer à attendre…

La conclusion se fait attendre, mais elle est heureuse : l’intervention de l’armée est décisive. Au 3 ème jour de recherche, un de leurs bateaux retrouve nos Robinsons vivants, sur une île dans le sud de l’archipel (!). Ce jour-là sur un bateau de recherche, je me souviens de la joie de tous les membres à bord, et de l’image lointaine du hors-bord les ramenant à toute vitesse sur Flores. Tous vivants et en un seul morceau. Ils sont amenés d’urgence à l’hôpital ; les visites sont interdites mais le lendemain, tout notre groupe a droit à un laisser-passer. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant le Français (débutant plongée), en train de fumer dehors, comme si de rien n’était, alors que les autres (tous plongeurs professionnels) sont alités et encore sous le choc.

La conversation s’engage :
« mais alors, qu’est ce qu’il s’est passé ? »
« et bien, je t’explique, en fait … »
La suite ? Je préfère ne pas la retranscrire car je ne veux pas déformer la réalité. Mieux vaut-il lui demander ;-) Je peux au moins vous dire que ça a commencé par une dérive et que la Providence s’est matérialisée sous la forme d’un tronc d’arbre …

(La version des faits telle que je la connais ndlr: le premier groupe de plongeur a tardé à remonter sur le bateau, la second palanquée fait alors surface un peu plus loin mais l’équipage du bateau ne la repère pas, ils sont alors très vite pris par le courant puissant et passent derrière une pointe rocheuse qui les empêche d’être repérés. Ils dérivent pendant près de 48h sans pouvoir jamais rejoindre à la nage une île tellement le courant est violent. Ils trouvent un tronc d’arbre et se laissent dériver avec toute une nuit, le lendemain à bout de force ils arrivent enfin à accoster sur une île de l’archipel. Ils sont alors attaqués par des Dragons de Komodo et se défendent à leur lançant des pierres! Ils sont heureusement repérés le lendemain par un bateau, ouf!)

Epilogue :
Un soir de Décembre, en famille. TF1 diffuse son habituel « les 50 histoires les plus extraordinaires de l’année ». Affalé sur le canapé, je regarde d’un œil distrait tout en discutant avec ma famille. Le présentateur annonce l’histoire n° 8 ! Mais ça zappe, ca navigue de chaine en chaine. Retour rapide sur TF1 : je reconnais ce visage ! Et celui d’après, également. Et ce gros plan sur un dragon de Komodo … mais oui, c’est le couple d’Anglais du second groupe ! Je m’empare de la télécommande pour écouter leur histoire. Je souris à l’idée de les revoir tout propre, me moque de l’exagération des faits, crie au et fort « j’y étais, j’y étais » ! Et cette pensée me revient : si j’avais été de l’autre côté du bateau … mais alors, moi aussi je serai passé sur TF1 ? Ca jamais ! Un grand Merci à la Providence !

Pour le Blog Plongée, Amre.

Si vous avez (toujours ;-)) envie d’aller découvrir ce merveilleux archipel Indonésie (et je vous le recommande, car c’est vraiment magnifique) vous pouvez lire mon guide complet sur comment organiser votre croisière de plongée dans les Iles Komodo.

Et vous avez vous déjà eu peur en plongée? racontez vos frayeurs dans les commentaires ou publiez votre témoignage sur le blog comme Amre!

9 commentaires sur “Plongée à Risque dans les Iles Komodo en Indonésie (Suite et Fin!)

  1. Excellent récit Amre ! Merci d’avoir partagé ce souvenir, une histoire vraiment incroyable et qui finit bien. Quelle aventure !

  2. Superbe récit ! Dommage que tu n’aies pas pris le « risque » de détailler plus avant ce qui est arrivé au premier groupe, ou au moins de citer une référence (site, forum…) qui permette d’en savoir plus sur leur épopée.
    En passant, bravo au chaman pour sa prédiction ;-)

    • Bonjour Pierre, merci pour ce commentaire.
      Vois plutôt cette pirouette comme une bouteille à la mer, un appel à témoignages et investigations. Et j’aime stimuler l’imaginaire des gens :)toutefois, pour satisfaire les plus curieux : la note de la Rédaction correspond bien à la version des faits qui m’a été livrée.

      • Ah, dans ce cas, espérons que l’appel soit entendu : ce serait sympa d’avoir le témoignage, ne serait-ce qu’en commentaire, des « rescapés » (je crois que, pour le coup, le mot n’est pas exagéré !).

  3. OH LA LA ! ! ! ! !Quelle horreur ! ! ! !et moi qui pensais que Bali c’était TRES sportif voire  » border line  » ! ! ! …………………….

  4. Mon niveau : 100 plongées un peu partout en mers chaudes- Padi advanced
    Mon avis sur Komodo : j ai plongé avec mes 2 enfants de 14 et 17 ans avec 20 plongées chacun
    Les plongées étaient extraordinaires , parfois avec beaucoup de courant .
    Les paysages étaient également très biens
    Ballade sur Rinça avec des varans .
    Croisière Mermaid géniale
    Je ne suis pas certain que le snorkeling soit adapté, compte tenu du courant sur pas mal de spots .
    Après les plongées sans courant sur Moyo et Sumbawa sans courant valait énormément le détour
    C est donc a réfléchir
    Je ne connais pas les Célèbes
    Komodo restera un de mes plus beaux voyages
    Bonnes vacances
    De mon côté croisière Bahamas
    Nicolas Charmasson

Avez-vous voyagé ou plongé ici? Donnez une note!
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
(8 votes, 3,88/5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *